Fin de carrière et chômage : comment ça marche ?

Mise à jour le 13-10-2020

Chaque année, les plus de 50 ans représentent environ un quart des demandeurs d’emploi, un âge où il est généralement plus difficile de reprendre une activité. Dans certains cas et sous certaines conditions, il peut être plus intéressant de rester au chômage que de retrouver un emploi. Pour les allocataires qui n’ont pas le nombre de trimestres requis pour bénéficier du taux plein, il existe un dispositif avantageux permettant le maintien des ARE (allocation chômage d’aide au retour à l’emploi) jusqu’à l’âge du taux plein automatique. Rester à la retraite ou reprendre une activité ? Comment bénéficier des allocations chômage jusqu’au taux plein et à partir de quand ? Pour les seniors approchant du départ à la retraite, le calcul reste complexe. Sapiendo vous donne les clés pour y voir plus clair.

Concerne
Salarié du privé
Salarié du public

Comment sont calculées et versées les allocations chômage ? 

Les allocations chômage sont versées si vous êtes privé d’un emploi suite d’un licenciement (même pour faute), une rupture conventionnelle ou à la fin d’un CDD. Elles sont refusées en cas de démission, sauf si cette dernière est qualifiée de « légitime » et dans certains cas précis uniquement. 

Pour les personnes âgées  de 50 ans et plus, il faut avoir travaillé au minimum 4 mois (122 jours) au cours des derniers 36 mois pour bénéficier des ARE. Ces dernières sont versées tous les mois par Pôle Emploi à terme « échu », c’est-à-dire au début du mois suivant (ex. : le versement des ARE pour septembre intervient début octobre). 

Le montant de vos allocations chômage dépend de votre rémunération des 12 derniers mois et de votre situation (seul ou en couple). 

Bon à savoir

Vous ne percevez pas vos allocations dès la fin de votre contrat de travail. Il existe un différé de 7 jours, un délai de carence qui dépend du nombre de congés payés réglés, ainsi qu’un différé d’indemnisation qui dépend du montant des indemnités reçues. 

 

En tant que senior, quelle sera la durée maximum d’indemnisation chômage ?

Pour les demandeurs d’emploi de plus de 55 ans, la durée maximale d’indemnisation chômage est fixée à 3 ans, soit 36 mois d’indemnités.

Les allocations chômage peuvent toutefois être maintenues après l’épuisement de vos droits à partir de 62 ans et sous conditions (voir plus bas).

Quels sont les droits à la retraite pour les périodes de chômage ?

Les périodes de chômage sont prises en compte dans le calcul de vos droits à la retraite. Un salarié du secteur privé peut ainsi acquérir jusqu’à 4 trimestres par an

Cela concerne aussi bien le régime de base que les régimes complémentaires :

  • régime de base : une période de 50 jours discontinue ou non) d’indemnisation donne droit à un trimestre ;
  • régime complémentaire Arrco-Agirc : les points sont estimés sur la base du salaire journalier de référence (SJR, plafonné à 4 plafonds de sécurité sociale soit 164 544 € barème  2020) qui sert de base pour le calcul des ARE

Les demandeurs d’emploi non indemnisés de plus de 55 ans peuvent valider jusqu’à 20 trimestres pour leur retraite, à condition d’avoir cotisé pendant au moins 20 ans au régime de base. 

Attention

Le montant des ARE n’est pas retenu pour calculer la pension de retraite.

 

Que se passe-t-il si les droits d’indemnisation chômage sont épuisés ?

L’âge légal de départ à la retraite est de 62 ans pour les personnes nées à partir de 1955. Si vos droits au chômage sont épuisés avant cet âge et que vous n’avez pas retrouvé de travail, la première année de chômage non indemnisée est prise en compte dans le calcul de la retraite.

Pour les personnes de 55 ans ou plus, ce dispositif est encore plus avantageux Les périodes de chômage non indemnisées peuvent être retenues jusqu’à 5 ans maximum.  Si par exemple, vous cessez d’être indemnisé à 55, 56 ou 57 ans, vos 5 prochaines années seront validées gratuitement et donc prises en compte dans le calcul de votre retraite. Toutefois, vous ne percevrez pas d’allocations et aucun droit à la retraite complémentaire ne seront validés.

Pour bénéficier de ce dispositif, il faut :

  • justifier d’au moins 20 ans de cotisations à tous les régimes de base ;
  • ne pas relever d’un autre régime d’assurance vieillesse. 
Bon à savoir

Vous pouvez perdre la validation gratuite de ces 5 années si vous retrouvez un emploi dans les années qui suivent la fin de vos droits au chômage.

 

Peut-il être intéressant d’être au chômage juste avant la retraite ?

Bénéficier des droits au chômage en fin de carrière peut être intéressant dans deux situations :

  • Vous avez eu une fin de carrière compliquée et manquez de trimestres pour obtenir le taux plein (166 trimestres pour les personnes nées à partir de 1955).
  • Vous avez validé tous vos trimestres, mais n’avez pas encore atteint l’âge légal du départ à la retraite (62 ans) et ne répondez pas aux conditions pour un départ anticipé. Dans ce dernier cas, il peut être plus intéressant de rester au chômage jusqu’à l’âge de départ à la retraite plutôt que de travailler et continuer à cotiser pour des trimestres supplémentaires.

Pour le premier cas, ce dispositif est très avantageux. Si vous perdez votre emploi à 59 ans et que vous ne pouvez pas bénéficier de la retraite à taux plein à 62 ans en raison du manque de trimestres validés, vous serez alors indemnisé jusqu’à l’âge où vous aurez validé la totalité des trimestres requis pour une retraite à taux plein ou au plus tard au à l’âge du taux plein automatique (fixé actuellement à l’âge de 67 ans). Il est parfois  plus intéressant d’atteindre le taux plein en étant au chômage plutôt que racheter des trimestres. 

Attention à faire les bons calculs : si vous êtes au chômage avant 59 ans, vous risquez de connaître une période de chômage non indemnisée, car vous serez trop jeune pour bénéficier du maintien des allocations jusqu’à la retraite (qui est possible à partir de 62 ans). Vous pourrez continuer à acquérir des trimestres pendant 5 ans, mais ne percevrez pas d’allocations ni de points retraite complémentaire. Dans ce cas, il peut être plus intéressant de reprendre une activité (ponctuelle ou réduite) afin de continuer à percevoir vos indemnités et les cumuler avec votre salaire.

Autre solution : bénéficier de l’ASS (allocation de solidarité spécifique), une aide accordée sous condition une fois les droits au chômage épuisés et ce jusqu’à l’obtention du taux plein. Cette allocation vous permettra de valider des trimestres auprès du régime de base mais également des points auprès du régime complémentaire.

Bon à savoir

La convention de l’Unedic signée par les partenaires sociaux sera sûrement modifiée avec la future réforme des retraites. Il n’est pas certain que cette option reste la plus avantageuse pour les seniors à l’avenir.

 

 Quelles conditions pour bénéficier du maintien des allocations jusqu’au taux plein ? 

Vous avez 62 ans, l’âge légal de départ à la retraite, mais n’avez pas validé tous les trimestres nécessaires à l’obtention d’une retraite à taux plein. Dans ce cas, vous serez toujours indemnisé par Pôle Emploi et bénéficierez du maintien de vos allocations chômage, et cela même si vos 3 années d’indemnisation sont épuisées. Rien ne vous oblige à demander votre retraite à partir de cet âge : Pôle Emploi continuera de vous verser vos allocations jusqu’à que vous ayez cumulé le nombre de trimestres requis pour votre retraite à taux plein, ou jusqu’à 67 ans, l’âge du taux plein automatique.

Pour bénéficier du maintien des allocations jusqu’à votre retraite sans décote, il vous faut :

  • être âgé d’au moins 62 ans ;
  • être indemnisé par Pôle Emploi depuis au moins un an ou avoir un an de droits chômage  ;
  • être affilié à l’Assurance chômage depuis 12 ans ;
  • avoir validé au moins 100 trimestres (25 ans) ;
  • avoir travaillé au moins 1 année continue – ou 2 années discontinues - au cours des 5 années précédant la fin du contrat de travail.

Quelques mois avant la fin de vos droits, vous recevrez un questionnaire Pôle Emploi afin de vérifier votre éligibilité à ce dispositif. Si c’est le cas, aucune démarche ne vous sera demandée : vos droits continueront d’être versés automatiquement.

En revanche, si vous avez le nombre de trimestres nécessaires pour bénéficier du taux plein à 62 ans, vos pensions de retraite viendront automatiquement remplacer votre allocation chômage (même si vos droits ne sont pas encore épuisés).

Attention

Vous risquez de perdre le bénéfice de la carrière longue dans le cas où un nombre trop important de trimestres au titre du chômage est validé. C’est pourquoi il est indispensable de faire les bons calculs afin de choisir la meilleure solution pour votre fin de carrière. 

 

Dans certains cas, être au chômage constitue la solution la plus avantageuse pour votre retraite. Vous avez peur de vous tromper dans vos calculs ? Demandez conseil à l’un de nos experts Sapiendo et prenez les meilleures décisions pour vous et votre retraite. 

 

 

 

Vous avez une question ?
Vous souhaitez
être accompagné ?
Abonnez-vous

à notre formule "Suivi Retraite" pour seulement 4,99€/mois, vous avez accès à notre hotline, au calcul digital individualisé, à des alertes personnalisées et à bien d'autres services retraite.

En savoir plus
Ce service peut également vous intéresser :
Entretien conseil

Bénéficiez des conseils personnalisés d'un expert de la retraite

Restez informé(e)

Afin d'être régulièrement informé(e) par email sur l'actualité du système des retraites et sur solutions de conseil retraite Sapiendo, il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter.